JEROMEBONNETTO.ART
PUBLICATIONS │ INVITÉS │ LIENS │ JB │ HOME

 


 


Alain Freixe dans le BASILIC

Jérôme Bonnetto
Vienne le ciel
Collection Thoth
Editions L'Amourier, 2006

 

Il y a tant de choses que nous ne verrons pas ! Tant de nuits à l'intérieur du jour. À rôder en lisière, sur les bords déchiquetés des hommes quand ils aiment. La littérature s'affronte toujours à la même question : comment raconter l'irracontable ? Et toujours tentant cela, toujours ses pages nous font entrevoir sinon cette nuit du moins les premières vagues d'une d'entre elles.

Pris entre beauté convulsive des surréalistes et construction maîtrisée du Nouveau Roman, Vienne le ciel est un beau récit, beau d'être aussi troublant. Qu'une « mère soit le cadavre d'une femme amoureuse », si cela ne peut se dire, cela peut s'écrire. Se composer. C'est tout l'art de Jérôme Bonnetto que de bâtir un récit comme une mosaïque où jouent des voix narratives multiples. L'effet de brouillage dure peu, très vite on repère les différentes tesselles, leurs couleurs et nuances. Jamais on ne perd le fil du chemin invisible, ligne de fracture interne qui parcourt l'épaisseur et l'obscurité de la vie d'Ada comme dans ces cristaux si transparents qu'on finit par y noyer ses yeux.

Allez, comme de juste, je vais m'exécuter et m'efforcer de répondre aux fameuses questions ; de quoi ça parle ? Qu'est-ce que ça raconte ? Pour le dire vite et j'espère pas trop mal : un photographe on a son carnet propose à une jeune femme, Ada, de la photographier tout au long d'un « voyage sentimental » qui va les conduire de Prague à Paris, puis Tokyo, Petersbourg, encore Prague et enfin une ville imaginaire, celle de ce dernier chapitre où se mêlent alors qu'un bateau s'en va emportant l'homme aimé, les voix d'Ada et de son fils Alexandre. Alors pour que vienne le ciel, une mère demande à son fils de la tuer en lui brisant la nuque au moyen d'une pierre, celle-là même qu'il est devenu. Pour que Vienne le ciel, il faudra bien des prières. Des folies. On laissera aux lecteurs le soin de décider s'il viendra ou pas.

Compositeur ai-je dit, monteur aussi bien. Dans ce récit où la problématique photographique, cette folie de l'instantané, cette fraction, ce point de présent déjà enfui se croise avec la problématique littéraire qui se développe, elle, à l'aventure, les éléments se mettant en place chemin faisant écrire ne saurait se faire qu'au présent . Dans les deux cas, on cadre. On coupe. Comme le tailleur de tesselles. Puis on met en place. On agence. On monte. Douleur et lumière de ce qui tient on ne sait plus trop comment tellement les lignes de narration deviennent souples et comme poreuses. Comme dans ce dernier chapitre où sans le soutien d'une quelconque ponctuation s'impose le rythme qui emporte ce chant d'amour. Et de mort.

 

 

Alain Freixe